27 décembre 2018

JAZZ MATINEE A LAUFEN



Les Suisses sont originaux. Quand ils font une matinée, elle a lieu  ... le matin !

Donc à 10h30, dimanche 13 janvier 2019, au Alts Schlachthuus LAUFEN près de Délémont.



18 décembre 2018

NOUVEAU CD


46 années séparent le premier disque 33tr des Célestins et ce dernier CD présenté lors du concert au Cheval Blanc du 15 décembre. Il a été enregistré en live au caveau de la Chartreuse de Molsheim, ce qui lui donne un son particulier.
Wailing Blues qui donne son titre au CD est une rareté. Il n'a pratiquement plus été enregistré depuis la version des "Cellar Boys" un orchestre blanc de Chicago en 1930. Pour ce morceau et toujours en direct, Night 10 ans joue un solo d’accordéon à coté de son grand-père signant par là que le bon vieux jazz à encore de l'avenir.


27 novembre 2018

PANAMA

Panama était un ragtime enregistré en 1911 au piano. Malgré quelques tentatives il a fallut attendre la version de Jelly Roll Morton en 1938 pour que ce morceau soit inscrit au répertoire Nouvel Orleans.
Les Célestins ont attendu beaucoup plus longtemps pour l'inscrire à leur répertoire !

19 novembre 2018

CONCERT A SCHILTIGHEIM


Entre le premier 33 tours enregistré en 1972 et le dernier CD enregistré ... en 2018, Les Célestins ont su garder leur fraicheur et leur enthousiasme. On pourra le vérifier une nouvelle fois au Cheval Blanc à Schiltigheim :

Samedi 15 décembre à 20h30. 

 

Leur dernier CD qui sortira à cette occasion marque une évolution par rapport à leur répertoire puisé généralement dans les années 1920 à 1930. En 2019 ce sera le 60ème anniversaire de la mort de Sidney Bechet. Il est temps d'en interpréter quelques compositions. Cela fait d'ailleurs longtemps qu'ils jouent ces morceaux en faisant le bœuf avec d'ancien musiciens de Sidney Bechet !
Mais ils veilleront à varier leur inspiration en utilisant les différentes origines du jazz : négro spirituals, blues, ragtime, balades, sans oublier des influences plus exotiques !




11 novembre 2018

KAYSERSBERG VIGNOBLE Article DNA

Kaysersberg Vignoble - A l’Espace Pluriel de Sigolsheim

Le jazz des années 30

La musique est le meilleur moyen de rester jeune, surtout celle que diffusent avec une passion communicative les Célestins depuis 45 ans, le jazz New Orleans des années 20/30

Entre légèreté et gravité, les cuivres en fanfare.  PHOTO DNA  Entre légèreté et gravité, les cuivres en fanfare.  PHOTO DNA



 Espiègles , ils ont l’air d’une bande de collégiens (c’est le nom que Ray Ventura donnait à ses musiciens) surdoués qui auraient digéré une culture et une expérience hors normes.

On retrouve Robert Mérian (clarinette, sax soprano et ténor) entouré de Jean Marie Wihlm et de ses deux banjos, de Christophe Burger au sax baryton, chant et « baratin » -c’est lui qui le dit, en fait précieuses indications sur les morceaux- et de la famille Isenmann, Pierre et son sémillant cornet, Georges appliqué au trombone et Paul et son étonnant et gravissime soubassophone, un cuivre qui se prend pour une contrebasse… Le tout dominé par la force tranquille des percussions de Jean-Louis Fernandez.

New Orleans, la salle comble aujourd’hui y est transportée d’entrée avec une parade dans Bourbon street, un « old rugged cross » entre gravité affectée et explosions d’allégresse. L’inspiration se nourrit aussi un peu plus au Sud avec Melancholy et Rumba Negro. Les solos virtuoses se transforment en duels éblouissants et Mérian a beau jeu de composer avec la turbulente et aérienne trompinette de Pierre, qui selon le cas « ratche » dans les aigus, vocalise ou roucoule sous la sourdine.

Les ruptures de rythme sont fréquentes dans ce genre musical, on gambille sur Everybody loves my baby ou on rêve langoureusement d’une sweet Lotus blossom. Et si rien n’est fixé d’avance, le show partage avec un Fifty-fifty blues.

Dans leur ensemble, les Français ne connaissaient de Sydney Bechet que l’éternel Petite fleur  : Les Célestins réhabilitent le compositeur polymorphe avec l’exotique Egyptian fantasy, et ils n’ont pas ce soir affaire à des béotiens, car lorsque Burger annonce une second titre, Dans les rues.. une partie de la salle ajoute « d’Antibes » où Bechet aimait à séjourner.

Les amours gaies succèdent aux amours tristes, le lascif New Orleans précède un turbulent Panama et le septuor choisira une commémoration moins courante ce vendredi 9 novembre 2018, rappelant la « Reichskristallnacht » naturellement illustrée par Bei mir bist du schein.

Enfin, Eric Cousin joint son banjo à la formation qui descend dans le public, réitérant la forme de la parade initiale, enchaîne plusieurs bis et concède au public le O when the saints qu’il reprendra en standing ovation.


2 octobre 2018

FESTIVAL DE MUSIQUE A SIGOLSHEIM

Dans le cadre du festival de musique Kaysersberg - Vignoble, LES CELESTINS se produiront

Vendredi 9 novembre à 20h

à l'Espace Pluriel 68240 SIGOLSHEIM



Tarif : 15 € réduit 12€
Renseignements : 03 89 78 11 11
 https://www.kaysersberg.com/lei/detail/473/230110576/2036/concert-les-celestins-sigolsheim.htm


21 juillet 2018

CONCERT BUCOLIQUE


Un petit village de la haute vallée de la Bruche que peu de gens connaissent ! C'est pourtant à POUTAY que les Célestins ont donné leur dernier concert sous un soleil éclatant atténué par la verdure. Un bravo pour les bénévoles passionnés qui ont permis cette deuxième édition du festival Poutay Jazz & Blues.

15 juin 2018

LES CELESTINS SUR FRANCE 3 GRAND EST


Dans l'émission GSUNTHEIM du dimanche 24 juin 2018 à 10h20 Christian HAHN recevra Georges et Pierre  ISENMANN pour présenter le jazz Nouvel Orleans des CéLESTINS. En alsacien sous titré.


23 mai 2018



Les CéLESTINS se produiront dans un jardin musical  au bord de la Bruche à Poutay

Dimanche 8 juillet 2018 à 13h

Renseignements :
https://www.facebook.com/poutayjazzblues/

21 février 2018

NE CONFONDEZ PLUS

Presque à chaque concert des Célestins il y a une personne qui demande le nom de ce gros instrument joué par Paul. Parfois ils y en a qui croient savoir : c'est un hélicon ! Et bien non, c'est un soubassophone. Quel est la différence ? Effectivement dans les année 70, Paul jouait de l'hélicon. On peut voir la différence sur les photos :






















Si Paul n'a pas beaucoup changé on s’aperçoit que l'instrument a grossi. Les 2 instruments se portent sur l'épaule. C'est essentiellement le pavillon qui fait la différence.
Historiquement, l'hélicon est plus ancien. Il a été créé en 1845 en Autriche alors que le soubassophone a été créé en 1893 au États Unis sous le nom de sousaphone en l'honneur de John Philip Sousa, un compositeur, notamment de musique militaire. Les deux ont été conçus pour jouer en marchant ou à cheval. Le tuba contrebasse droit (créé en 1835 en Prusse) que Paul jouait en 1978 (voir article de janvier) se joue mieux assis. Pour simplifier on peut englober toutes les contrebasses à vent sous le terme générique de tuba.

7 janvier 2018

BONNE ANNEE ... 1978 !


C'est maintenant une tradition. En début d'année nous évoquons un souvenir mémorable de la riche histoire des Célestins.
 Pour 2018, nous faisons un saut de 40 ans. La photo de 1978 a été prise au Festival de Jazz d'ANTONY (Au sud de Paris). Les Célestins étaient en (bonne) compagnie des Haricots Rouges et de  Claude Bolling et le Show Biz Band.